•  

     

    BLUE

     

    Je vais vous parler de ma BLUE

     

    BLUE est une perruche garçon, je l’ai appris par une amie qui a élevé des perruches. BLUE a, au dessus du bec, un rappel de sa couleur, les femelles n’en ont pas.

    Dont BLUE vient de la rue !

    Je l’ai « cueillie » l’an dernier, le 4 octobre précisément, jour de la fête des animaux.

    Je promenais gentiment mon petit COCA, un matin, jusqu’à l’espace vert qu’il affectionne particulièrement à cause des bonnes odeurs qu’il renferme, il vient aux nouvelles du quartier de cette façon, c’est la gazette. En y arrivant, je me suis crue dans le film d’Hitchcock « les oiseaux ». Une pie, toutes ailes déployées et criant, venait dans ma direction, m’a frôlé la tête, elle était hors d’elle, on aurait dit qu’elle ne voulait pas me laisser entrer sur le terrain. Elle s’est posée sur le chemin, devant moi et continuait à crier et à écarter les ailes. Je ne comprenais pas. Coca l’a fait partir mais elle s’est mise dans les arbres, me suivant pas à pas en me menaçant. J’ai continué mon chemin, la laissant derrière, je m’éloignais mais je surveillais quand même mes arrières, je n’avais pas confiance, je n’en menais pas long. Bref, nous étions loin, mais sur le chemin de retour, elle a recommencé, s’est placée au milieu du chemin, me menaçant de plus belles. Je me suis arrêtée et j’ai regardé. Soudain, j’ai vu, de loin, une petite boule grise passer en courant, la pie avait repris sa place dans la pelouse, elle criait en la poursuivant. Je me suis demandé ce qui se passait. La petite boule est allée se réfugier dans les troènes le long d’un mur. J’ai donc voulu aller voir ce que c’était. J’ai pris un morceau de branche et j’ai chassé la pie, pas contente du tout. Je me suis enfouie dans les arbustes et j’ai vu la petite boule, en boule. J’ai vu des plumes, j’ai tendu la main et je l’ai saisie. J’avais les cheveux coincés dans les branches, l’oiseau dans une main, COCA à la laisse qui aboyait après la vilaine pie qui s’approchait. Bref, les bras griffés, le brushing de travers, je suis sortie tenant dans la main la petite boule. J’ai découvert une perruche toute abîmée, le bec écaillé, plus de queue, le plumage bien triste. Elle devait être dehors depuis un certain temps. Et nous voilà partis vers la maison d’un pas alerte, poursuivis par la pie qui revenait me frôler la tête. Je me suis mise à courir pour échapper à sa colère. J’avais du lui voler son repas. Elle ne m’a lâchée qu’une fois avoir franchi l’espace vert.

    Arrivée à la maison, j’ai détaché, d’une main, COCA en tenant la perruche de l’autre. Je suis allée chercher, perchée sur le réfrigérateur, la cage de secours destinée aux oiseaux que je récupère dans la nature et qui ont besoin de soins. J’en ai tombé une partie des objets décoratifs posés devant, certains se sont cassés. J’ai passé un coup de chiffon sur la cage et enfin j’ai pu y déposer la perruche. Elle ne m’a jamais piquée, elle n’a pas crié non plus. Je lui ai mis des graines de mes oiseaux et de l’eau. Elle a regardé autour d’elle, elle restait par terre. Elle est restée un court moment puis s’est précipitée sur les graines, ai montée sur un barreau et s’est mise à chanter à tue tête. Voilà, elle était rassurée surement. Je l’ai appelée BLUE, pas sorcier comme nom mais ça lui va bien. Elle est d’un bleu pervenche, les ailes et une partie de la tête rayées de blanc et de gris, des points noirs sur les joues.

    J’ai fait des recherches sur les perruches car je n’en avais jamais eues, j’avais eu bien des oiseaux mais jamais de perruches parce que pas attirée par cet oiseau.

    J’ai acheté une volière pour qu’elle soit à l’aise, je lui ai installé des jouets, des jeux, des clochettes, des peluches, des miroirs. C’est une joueuse, elle est toujours en mouvement, elle chante sans arrêt, elle démonte, elle casse, c’est son passe temps favori. Elle est curieuse, amusante et très intelligente.  Elle refuse de se mouiller et ne raffole pas des fruits et des légumes verts. Elle est très basique dans ses goûts alimentaires.

    Comme elle est très active et remuante, je m’étais dit qu’elle avait peut-être besoin d’une compagne. J’ai demandé à un ami qui élève des oiseaux et fait même des concours, s’il pouvait me procurer une perruchette verte et jaune. Il m’en a offerte une dans les trois jours qui ont suivi. C’est ainsi que CATOU est entrée dans la cage avec BLUE. CATOU était petite et timide, jeune et innocente et BLUE trop sure d’elle, le gabarit au dessus, toujours en mouvement alors que CATOU était calme et tranquille. BLUE, la grosse brute a fait les présentations dans la volière, sautant par ci, par là, s’ébrouant les ailes à grands coups de vent et de bruit devant la pauvre CATOU apeurée. Puis BLUE a fait un peu le macho. Il lui parlait à l’oreille, lui tenait des conversations longues et il s’est mis à lui donner à manger comme à un bébé. Mais la pauvre CATOU n’était pas rassurée et essayait de le fuir. Et une idée à traversé la tête de BLUE. Il avait décidé de la violer, lui le gros mâle écrasait la pauvre CATOU qui devait se dire : « ben alors, tu y arrives ou pas ? » et BLUE n’arrivait pas, glissait alors CATOU le chassait à coups de bec et l’autre revenait à la charge.

    Je me disais que tout allait s’arranger mais un matin j’ai trouvé CATOU en bas de la cage, froide et raide, elle n’avait pas résisté. Stress a dit mon ami. Et la BLUE chantait à tue tête, sa compagne morte à ses pattes.

    Alors j’ai décidé que BLUE se suffisant à elle-même serait dorénavant seule dans sa volière, à mettre des coups de boule dans les clochettes, à démonter tout ce qui pend, arracher les décorations. Et depuis tout est rentré dans l’ordre. BLUE est seule et n’a pas perdu de son dynamisme.

    Pivoine

    BLUE, la perruche

    BLUE, la perruche


    2 commentaires
  •  

     

    LA « DEPRESSION SAISONNIERE »

    Bye bye l’été, le soleil, les vacances, les grasses mat’, la mer, la

    LA DEPRESSION AUTOMNALE

    bonne humeur. Depuis le 21 septembre, l’automne a pointé le bout de son nez. C’est le retour de la pluie, du froid et… du fameux petit coup de blues de la rentrée. 

     Mais ce n’est en aucun cas, une étape obligatoire. La rentrée peut, également, être synonyme de bien-être, de remise en question, de changement ou de renouveau. Tout est une question de vue, d’un état d’esprit. A vous, de vous focaliser sur les choses positives. On est tous acteur de notre vie. De fait, on peut tout à fait changer les choses qui nous déplaisent et maintenir celles qui nous conviennent. L’objectif : le bien-être, en toute saison !

     La rentrée est synonyme de reprise d’activité. Identifiez-en une (voire plus) susceptible de vous épanouir et foncez ! Inscrivez-vous. Il est impératif de prendre du temps pour soi. Les enfants, le boulot, le mari, ce n’est qu’une excuse. A eux, aussi de s’organiser. Et un soir par semaine, ils feront sans vous. Que cette activité soit sportive, manuelle, créative, artistique, culturelle ou autre. Peu importe. L’objectif, c’est de vous y sentir bien, de décharger votre stress et de vous ressourcer.

     Le week-end, partagez des moments simples en famille, dans un bon esprit. Des ballades en forêt, des jeux de société et autres activités qui vous rapprochent.

     Si vous êtes seule, ne restez pas chez vous. Allez à la rencontre d’autrui. Renseignez-vous. La solitude est de plus de plus légion, et ce à toute tranche d’âge, il y a sûrement près de chez vous des personnes qui aimeraient vous rencontrer, vous connaître, et pourquoi pas partager une amitié.

     Arrêtez de vous morfondre et de subir, a-gi-ssez !

    Si ce que vous faîtes ne vous apporte pas satisfaction. Travaillez sur un projet professionnel, faites un bilan de compétences. Certes, le contexte économique est difficile mais rien ne vous empêche d’y penser et de travailler sur le sujet. Si vous ne savez comment vous y prendre, faîtes-vous accompagner. Il y a des professionnels très compétents.

     Si ce qui vous perturbe, c’est le stress généré par votre activité et/ou votre environnement de travail, évacuez-le ! Comment ? Très simple, encore ces fameuses activités. Le sport est un excellent exutoire, le contact avec la nature ressource et la relaxation est très efficace.

     La période automnale est déprimante, si on y croit, qu’on se le répète, et que l’on agit en tant que tel. Faites de cet automne, une fête, une période agréable. Communiquez votre bonne humeur et on vous le rendra. N’oubliez pas de prendre votre vie en main. Mais surtout, soyez heureux, à travers le temps !

     Nadia Poleya

     


    votre commentaire
  •  

    Séduisez vos papilles à l’automne

     

    Si je vous demande quelles sont les couleurs de l'automne , vous me répondez… Orange et marron ? Vous avez bien raison ! Et en plus de donner de l’allure aux arbres, ces jolies teintes coloreront aussi nos assiettes. À cette période, on se régale de carottes, d’oranges, de coings, de noix, mais surtout de potirons, de marrons et de champignons ! Découvrez ces 3 recettes

    généreuses, à préparer sans modération. Alors les gastronomes, vous en pensez quoi ?

     

    Soupe brûlante aux Châtaignes 

      

    Ingrédients
    Pour 6 personnes

    1 kg de châtaignes pelées
    1 litre de bouillon de volaille
    1 oignon
    10 g de beurre
    1 branche de romarin
    2 pincées de muscade
    Sel, poivre

    Préparation 

    Prendre une grande cocotte. Faites revenir l’oignon émincé finement dans un peu de beurre. Mettez-y ensuite les châtaignes, puis remuez pendant quelques minutes. Ajoutez le litre de bouillon de volaille, le romarin et la muscade.
    Salez et poivrez selon votre convenance. Portez tout ceci à ébullition, puis faire cuire pendant 10 minutes à feu moyen. Enfin, mixez le tout (retirez le romarin). Votre soupe est prête ! Pour la déco, mettez une cuillère à café de crème fraiche, un brin de persil et quelques châtaignes entières. Soufflez, c’est chaud !

     

    Tourte d’automne aux champignons 

     Ingrédients 

    2 pâtes feuilletées
    400 g de champignons des bois
    250 g de poulet
    1 gousse d’ail
    25 cl de crème fraiche
    1 jaune d’oeuf pour dorer la pâte
    2 cuillère à soupe de persil haché
    Sel, poivre

    Préparation 

    Préchauffez votre four à 200°C. Coupez le poulet en petits morceaux. Faites-le cuire dans une poêle pendant 10 minutes puis réservez. Nettoyez puis émincez les champignons. Faites-les ensuite revenir dans une poêle avec un peu de beurre. Y ajouter le poulet cuit, la crème, l’ail écrasé et le persil haché. Salez et poivrez. Étalez la première pâte feuilletée sur un disque régulier. N’oubliez pas de la piquer avec une fourchette ! Disposez y la farce et couvrez avec l’autre pâte. Petite touche finale : badigeonnez la tourte avec le jaune d’oeuf avant de l’enfourner pour 30 bonnes minutes au four. Miam !

     

    Tarte sucrée au potiron 

      

    Ingrédients 

    1 pâte sablée
    500 g de potiron en purée
    60 g de sucre roux
    60 g de sucre blanc
    2 oeufs
    1 c. à café de cannelle
    15 cl de jus d’orange
    25 cl de crème fraiche

    Préparation 

    Préchauffez le four à 180°C. Mettez dans une casserole la purée de potiron, le sucre et le jus d’orange. Cuire à petit feu jusqu’à obtention d’une belle purée épaisse. Laissez refroidir. Ajoutez y ensuite les jaunes d’oeuf, la crème et la cannelle. Montez les blancs en neige puis ajoutez les délicatement au mélange. Disposez la pâte dans un moule à tarte. Enfin, versez le tout sur le fond de tarte et enfournez votre chef d’oeuvre pendant 25 minutes. Au moment d’épater vos amis, veillez à ce que la tarte ait refroidi. Écoutez les applaudissements !

     

     

    BON APPETIT !


    votre commentaire

  • 1 commentaire
  • VOILA L'AUTOMNE !

    VOILA L'AUTOMNE !

    VOILA L'AUTOMNE !

    VOILA L'AUTOMNE !

    VOILA L'AUTOMNE !

    VOILA L'AUTOMNE !

    VOILA L'AUTOMNE !

    VOILA L'AUTOMNE !

    VOILA L'AUTOMNE !

     

    Voilà l’automne !

     

    VOILA L'AUTOMNE !

    Roooh, ne faîtes pas cette tête…
    L’automne ne représente pas uniquement la fin de l’été ! Au contraire, la fin septembre nous promet des retrouvailles avec nos pulls douillets, notre couette moelleuse et nos chaussons bien rembourrés. C’est aussi le retour des cueillettes de champignons et des délicieuses soupes aux potirons…
    Ahhh, je vois d’ici vos sourires se redessiner

    Alors fêtons ensemble l’automne, du 23 septembre au 20 décembre !

    Une période chaleureuse 

    Le 23 septembre est le jour de l’équinoxe, qui marque le début de la saison automnale. Durant les mois de septembre, octobre et novembre, la température perd quelques degrés et le paysage se pare de belles couleurs chaudes. C’est à cette époque que la valse des feuilles rouges, orange et jaunes est inaugurée, les enfants se faisant un plaisir de les éparpiller ou de les ramasser. Pour les amoureux de la nature à l’état pur, profitez de cette période pour vous balader en forêt, sentir l’odeur de la terre humide, effleurer la mousse et ramasser quelques châtaignes à griller. Le soir, alors que la lumière du jour s’enfuit sur la pointe des pieds, c’est le moment de préparer de bons repas à partager.

    La saison préférée des poètes 

    Nombreux sont les poètes qui ont été séduits et inspirés par l’ambiance particulière qui règne en cette saison. Voici quelques-uns de leurs jolis poèmes :

    Le bel automne est revenu
    À pas menus, menus,
    Le bel automne est revenu
    Dans le brouillard, sans qu’on s’en doute,
    Il est venu par la grand’route
    Habillé d’or et de carmin.
    Et tout le long de son chemin,
    Le vent bondit, les pommes roulent,
    Il pleut des noix, les feuilles croulent.
    Ne l’avez-vous pas reconnu ?
    Le bel automne est revenu.
    Raymond RICHARD

    L’automne
    On voit tout le temps, en automne,
    Quelque chose qui vous étonne,
    C’est une branche, tout à coup,
    Qui s’effeuille dans votre cou.
    C’est un petit arbre tout rouge,
    Un, d’une autre couleur encore,
    Et puis, partout, ces feuilles d’or
    Qui tombent sans que rien ne bouge.
    Nous aimons bien cette saison,
    Mais la nuit si tôt va descendre !
    Retournons vite à la maison
    Rôtir nos marrons dans la cendre.
    Lucie DELARUE-MARDRUS

    Bon automne à tous ! 

     


    votre commentaire