•  

    Je viens de lire cet article et je le partage avec vous

    TROIS BONNES RAISONS DE JARDINER

    TROIS BONNES RAISONS DE JARDINER

     

    Jardiner ça fait du bien ! Encore à ses débuts chez nous, l’ortithérapie ou thérapie par le jardinage est répandue à l’étranger et semble avoir de réels effets positifs sur les patients. Et si, en soignant nos plantes, nous prenions aussi soin de nous ?

     

    C’EST BON POUR LA FORME

     

    Tondre, planter, tailler : en jardinant on brûle une quantité d’énergie similaire à celle dépensée lors d’un sport doux. Trois séance hebdomadaires de 45 minutes permettent de garder la forme et aident à lutter contre le surpoids et la sédentarité, tout en favorisant l’évacuation du stress. Autre atout, le jardinage requérant des travaux très variés, mobilise l’ensemble du corps. Il contribue au maintien de la masse musculaire et à l’entretien de la souplesse de nos articulations. Seule réserve : ménager son dos en se dotant d’un outillage adapté et en veillant à varier les positions.

     

    C’EST BON POUR LE CERVEAU   

     

    Loin d’etre une activité uniquement physique, le jardinage mobilise aussi nos fonction cognitives. Jardiner implique de mémoriser le nom des végétaux, mais aussi les soins à dispenser à chaque plante. Plus le jardin est grand et/ou sophistiqué, plus il faudra& planifier son entretien mois après mois. Ces dernières années, un nombre croissant d’hôpitaux et de maisons de retraite se sont dotées d’un jardin thérapeutique pour stimuler la fonction d’apprentissage et d’organisation des patients, mais aussi apaiser certains troubles du comportement.

     

    C’EST BON POUR LE MORAL

     

    Le jardinage nous expose aux bienfait du grand air et de la lumière ; c’est aussi pour nombre d’experts une activité valorisante On peut mesurer concrètement son action positive sur l’environnement ; en jardinant on se met progressivement au diapason de la nature et de la vie : germination, croissance, maturité, déclin et renaissance, des lois qui régissent tous les êtres vivants et constituent une école de la simplicité et de la patience. Cultiver son jardin est une école de la sagesse. C’est aussi un moyen de tisser des relations avec des amateurs ou des professionnels du secteur avec lesquels on échange des conseils, on confronte des pratiques et on s’ouvre à de nouvelles idées.

    TROIS BONNES RAISONS DE JARDINER

     


    17 commentaires
  • Un peu de jardinage, ça vous dit ?

    Que planter en avril ?

    Du potager au jardin d'ornement en passant par le "jardin en pot" et le verger et les plantes d'intérieur : voici tout ce qui peut être planté en avril au jardin.

     

    "Caprices d'avril font tomber les fleurs et trembler les laboureurs."

     

    Verger

    Plantation
    - Les petits fruits en conteneur.

    Jardin d'ornement

    Plantation
    - Les arbres et arbustes caducs ou persistants en conteneur.
    - Les rosiers arbustifs ou grimpants en conteneur.
    - Les
    grimpantes en conteneur.
    - Les
    annuelles en godet.
    - Les vivaces en godet.
    - Les bulbes d'été

    Potager

    Plantation
    - Les plantes aromatiques annuelles ou vivaces en godet ou en conteneur.
    - Les artichauts, asperges, céleris à côtes, céleris-raves, choux-fleurs, concombres, cornichons, crosnes, fraisiers, laitues, oseille, poireaux, pommes de terre de conservation, rhubarbe et topinambours.
    Repiquage
    - Les
    aubergines, les piments, les poivrons et les tomates, choux de Bruxellesles choux-fleurs et les choux pommés.

    Plantes d'intérieur

    Rempotage
    - Les orchidées défleuries.
    - Les
    bonsaïs d'extérieur et d'intérieur.
    -
    Les cactus.

    Balcon et terrasse

    Plantation
    - Les
    annuelles en godet ou conteneur.
    - Les
    vivaces en godet ou conteneur.
    - Les plantes aromatiques annuelles ou vivaces en godet ou conteneur.
    - Les
    petits fruits en godet ou conteneur.
    - Les arbustes caducs ou persistants en godet ou conteneur.
    - Les rosiers arbustifs ou grimpants en godet ou conteneur.
    - Les grimpantes en godet ou conteneur.
    - Les bulbes d'été.


    17 commentaires
  •  

    Au droit de l'höpital Saint Joseph à Paris lors d'une visite.

    LES PREMIERS MAGNIOLIAS

    LES PREMIERS MAGNIOLIAS

    LES PREMIERS MAGNIOLIAS

    LES PREMIERS MAGNIOLIAS

    LES PREMIERS MAGNIOLIAS

      

     


    10 commentaires
  •  

    FRITURE ET FRAISES, CHOCOLAT ET MENTHE au milieu de mes MUSCARIS ET DE MES ORCHIDEES

    FETES DE PAQUES A LA MAISON

    UN PEU DE GOURMANDISE

    UN PEU DE GOURMANDISE

    UN PEU DE GOURMANDISE

    UN PEU DE GOURMANDISE

    UN PEU DE GOURMANDISE

    UN PEU DE GOURMANDISE

     


    19 commentaires
  •  

    Nous allons passer à l’heure d’été et notre organisme va encore subir des changements qui vont le troubler. J’ai relevé cet article qui peut nous aider à passer le cap dans de bonnes conditions.

     

    « Dans la nuit de samedi 26 au dimanche 27 mars, nous passons à l’heure d’été et gagnons une heure de soleil en plus. Ainsi, à 8h du matin dimanche, il sera en réalité 9h. Et parce que changer d'heure mérite quelques ajustements pour être vécu sereinement. Voilà 10 conseils pour ne pas troubler votre rythme biologique !  

     

    Le passage à l'heure d'été annonce les jours à rallonge (ou presque !) : gare au décalage de notre horloge biologique !

    Les spécialistes du sommeil estiment en effet qu'il faut compter une vingtaine de jours pour retrouver nos rythmes veille-sommeil après un changement d'heure, que ce soit compris dans le cadre du passage à l’heure d’hiver ou à l'heure d'été.

    Changer d'heure peut être très perturbant pour notre horloge biologique, avec pour conséquences, des troubles du sommeil, mais aussi des troubles de l'appétit, des problèmes de concentration, des sautes d'humeurs… Bonjour le tableau.

    Rassurez-vous, il existe néanmoins quelques astuces très simples pour vivre sereinement ce changement d'heure :

     

    ·         Préparez-vous la veille

    Oui, on vous l’accorde, ça manque un peu de fun, de shebam, de pop, de wiiiiiiz ! Mais on a encore rien trouvé de mieux pour aborder les matins du bon pied

    ·         Adoptez un rythme régulier

    En théorie, les experts du sommeil recommandent de se coucher vers 22h dernier délai.
    Dans les faits, on a bien souvent des vies trop remplies pour rejoindre les bras de Morphée avant minuit bien tassées !
    Rassurez-vous, il n’y a pas de drame, l’essentiel étant que vous adoptiez une régularité dans vos horaires : si vous vous couchez à minuit, couchez vous tous les jours à minuit. Idem pour le lever.

    ·         Réhabilitez la sieste

    Attention, quand on dit sieste, on ne parle pas des trois bonnes heures qu’on s’octroie l’été, affalé dans quelque transat !
    Une sieste efficace dure 20 à 30 minutes grand maximum.

    ·         Limitez la consommation d'excitant après 16h

    Café, coca cola, thé sont autant de boissons qui contiennent des excitants type caféine. S’ils s’avèrent précieux pour émerger le matin pour nombre d’entre nous, oubliez-les passées 16 heures au risque de perturber votre sommeil.

     

    ·         Dînez léger, et tôt !

    Des trois repas, le dîner est celui qui doit être le plus léger.
    Deuxième règle : dînez tôt.
    Dans un cas comme dans l’autre, la digestion n’en sera que facilitée et n’interfèrera pas avec votre sommeil.

    ·         Préparez votre coucher

    Aérez votre chambre quelques minutes avant de vous coucher, tapez votre oreiller une fois par semaine, changez les draps régulièrement..., sont autant de petits « trucs » qui vous aideront à plonger avec délice dans un vrai sommeil réparateur. 

    ·         Favorisez un environnement calme et propice au sommeil

    Non, on ne joue pas à Singstar juste avant d’aller se coucher. Non, on ne fait pas monter l’adrénaline non plus en regardant un bon film gore avant d’éteindre la lumière. Et on évite de regarder la télé dans son lit 

    ·         Ecoutez votre corps !

     « Adoptez un rythme régulier ». Oui, mais…  il va de soi que si vous baillez et vous sentez épuisée sur les coups des 22h, vous n’allez pas attendre minuit parce que vous avez l’habitude de vous coucher à cette heure-ci !
    Bâillements, paupières lourdes, yeux qui picotent… soyez à l’écoute de ces signaux que votre corps vous envoie.

     

    ·         Ajustez le tir petit à petit

    Si vous sentez que vous allez avoir du mal à vivre le changement d’heure, décalez votre réveil de quelques minutes les jours précédents le changement. Ce conseil vaut surtout pour le passage à l’heure d’été, mais il peut s’avérer utile pour le passage à l’heure d’hiver pour les plus sensibles d’entre nous.

    ·         Et si ça n'a pas marché ?

    Si vous n'avez pas appliqué ces conseils (c'est mal !), ou si malgré tout vous ressentez une grande fatigue après le changement d'heure, levez le pied les jours suivants : limitez les sorties pendant quelques jours et reposez-vous au maximum. La fatigue disparaîtra ainsi en quelques jours, voire quelques semaines au maximum. »


    15 commentaires