• MA PETITE BELLE SOEUR S'EN EST ALLEE

     

    MA PETITE BELLE SOEUR S'EN EST ALLEE

    Ma petite belle sœur, Dominique, l’épouse de mon frère, s’est éteinte lundi à 11 heures 30, en Vendée, après un calvaire de souffrances long de deux ans sans discontinuer.

     

    Dominique a toujours été de nature fragile. Elle avait été greffée d’un rein il y a 20 ans, puis à nouveau il y a 10 ans, puisque ce genre de greffe ne dure que 10 ans, elle était donc en attente d’une nouvelle greffe qui n’arrivait pas. On avait donc du la remettre sous dyalise, ce qui la fatiguait beaucoup, tellement qu’elle alternait séjours maison et séjours hôpital. Puis elle a fait une chute et s’est cassée de partout tellement elle était maigre. A la suite, deux AVC qui l’ont terriblement diminuée intellectuellement. Elle ne se nourrissait plus, ne marchait plus, ne parlait plus. Elle était devenue un légume. On l’a renvoyée de l’hôpital car on ne pouvait plus rien pour elle. Malgré les démarches faites par mon frère pour la mettre en maison médicalisée, toutes les portes se sont fermées, Dominique n’avait pas 60 ans.

     

    De leur maison de Corbeil où ils habitaient, ils sont partis , il y a environ deux mois, dans leur maison de Vendée, pensant que l’air aiderait Dominique à reprendre quelques forces. Elle a eu toutes les aides nécessaires à la maison, mais son état ne cessait d’empirer et elle faisait maison, hôpital jusqu’à cette dernière fois où elle était au bout de ses forces et s’est éteinte à l’hôpital.

     

    Jamais elle n’a pleuré ni gémi, jamais elle ne s’est plainte et pourtant elle a souffert le martyre. Elle a eu un courage remarquable jusqu’au bout, elle attendait la mort depuis si longtemps. Bien sur, on l’a aidée car la veille elle n’arrivait plus à respirer normalement et son cœur fatiguait. Elle savait que c’était le moment, elle suivait mon frère sans le quitter avec des yeux écarquillés et suppliants, comme l’avait fait mon père la veille de sa mort.

     

    Un frère épuisé mais qui fait face à tout, un frère d'une force incroyable, d'une volonté qui force l'admiration.

    Il  lui a pris les meilleures choses pour son départ, une jolie robe qu'elle aimait, de jolies sandalettes, un châle tout doux. Il a choisi un cercueil décoré de façon romantique, blanc avec des peintures de la nature, un capitonnage blanc tout soyeux. Nous avons choisi les poèmes qui seront lu à la cérémonie et les musiques : le printemps de Vivaldi qu'elle aimait puis une chanson de Gregory Lemarchal qu’elle écoutait en boucle et du Mozart. Elle sera incinérée et l’urne de ses cendres sera déposée au fond de la mer. Mon frère a eu l'autorisation. Le dépôt s'effectuera par les pompes funèbres, dans un endroit que mon frère a choisi, à marée basse comme autorisé. La personne chargée de cette opération rentrera dans l'eau jusqu'à une certaine distance et déposera l'urne biodégradable au fond de la mer. Quand j'irai chez lui, j'irai à l'endroit où aura été enfouie l'urne des cendres de Dominique, mais comme mon frère m'a décrit les lieux, je me les imagine sans peine.

     

    Il n'a prévenu que la famille et peu de personnes seront présentes, seules celles qui sont à côté. Il n'a pas prévenu ses voisins, ses amis, ses connaissances, personne. Il n'aime pas qu'on s'apitoie. 

     

    Pour diverses raisons, je ne peux y aller, Alors  demain, jour des funérailles, je vais dresser un autel dans ma maison, faire brûler des bougies autour de fleurs et penser fort à elle.

     

    Mon frérot est un garçon très large d'esprit, un peu rustre quelquefois. Il sait que je serai près de lui demain par la pensée, il sait qu'il sentira ma présence à ses côtés, comme je l'ai toujours fait. Et même si nous ne donnons pas dans le genre affectif (nous n'avons pas été élevés comme ça), nous nous sommes rapprochés depuis ces dernières années, nous avons appris à nous connaître et ça nous suffit, point d'effusion entre nous, nous savons que nous sommes là et ça nous suffit. Et comme dit mon frérot "à l'impossible nul n'est tenu". 

     

    Je ne dors pas beaucoup en ce moment car ça me mine de ne pouvoir aller près de mon frère et de Dominique, et ça me culpabilise.  

     

    Mais on ne peut pas se nourrir de regrets.

     

    J'ai déjà le regret de ne pas avoir été aussi présente près de Dominique, on s'est côtoyées sans vraiment se connaître. Avec Dominique, on n'a pas eu trop le temps de se parler quand on le pouvait, trop prises par nos vies. Dominique était une fille effacée, timide, toujours en retrait, tout mon contraire. Nous n’avions pas non plus les mêmes goûts, les mêmes centres d’intérêts et nos maris n’étaient pas non plus les meilleurs beaux-frères du monde, chacun avec un sacré caractère et une sacrée personnalité.

     

    Maintenant que frérot me parle un peu plus librement, je pense que cela aurait été peut-être bien pour Dominique. Mais quand on est soi même touchée par les malheurs, les souffrances et la maladie, on ne pense pas toujours à donner ce qu'on n'a pas soi-même. Dommage. 

     

    Je suis si triste, j'ai versé tant de larmes, je pense fort à elle, même si ce fut une délivrance pour elle, on ne peut pas se faire à la perte de quelqu'un.

     

    PAIX A SON AME

     

    Un des poèmes que nous avons choisi pour elle :

    Les yeux

    Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
    Des yeux sans nombre ont vu l'aurore ;
    Ils dorment au fond des tombeaux
    Et le soleil se lève encore.

    Les nuits plus douces que les jours
    Ont enchanté des yeux sans nombre ;
    Les étoiles brillent toujours
    Et les yeux se sont remplis d'ombre.

    Oh ! qu'ils aient perdu le regard,
    Non, non, cela n'est pas possible !
    Ils se sont tournés quelque part
    Vers ce qu'on nomme l'invisible ;

    Et comme les astres penchants,
    Nous quittent, mais au ciel demeurent,
    Les prunelles ont leurs couchants,
    Mais il n'est pas vrai qu'elles meurent :

    Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
    Ouverts à quelque immense aurore,
    De l'autre côté des tombeaux
    Les yeux qu'on ferme voient encore.

     Par Sully Prudhomme

    MA PETITE BELLE SOEUR S'EN EST ALLEE


  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Avril 2015 à 17:05

    DDFHYUSOFI

    Je t'adresse mes pensées les plus douces!

    Tu fais ce que tu peux et ton frère te connait bien il sait que tu seras près de lui.

    Chez nous non plus, nous ne dévoilons pas facilement nos sentiments, et les : je t'aime, ma chérie, mon chéri, n’existe pas dans mon langage, mais parfois je me dis qu'il faut dire et ne pas avoir honte de ses sentiments,  bien que l'important sont les actes et ce que nous donnons de notre vie pour les autres!

    Toi tu l'as fait. Je suis de tout cœur auprès de ta famille par la pensée.

    Ta petite belle sœur est très jolie il ressort une douceur dans son visage incroyable! Tout ceci est bien triste, et vous souhaite beaucoup de courage.

    Mes sincères condoléances à toi, ton frère et sa famille . 

    Je t'embrasse très fort

    (je passe dans ton petit jardin secret, pour y déposer tout mon affection)

     

     

     

     

     

     

    2
    Mercredi 29 Avril 2015 à 17:17

    oh ma petite pivoine, que c'est triste. je suis de tout coeur avec toi, courage mon amie ... je t'embrasse bien fort, véronique

    3
    mireille du sablon
    Mercredi 29 Avril 2015 à 18:06

    Je suis de tout coeur avec toi.

    Une nouvelle étoile est née, qui va veiller sur ton frère et toute la famille. Elle brillera chaque fois que vous penserez à elle..

     Courage!

    Gros bisous de Mireille du sablon

    4
    Mercredi 29 Avril 2015 à 18:16

    Bonsoir Pivoine,

    Je suis en pause mais lorsque j'ai vu le titre de ton article je n'ai pu m'empêcher de venir te voir.

    Il faut te dire que Dominique (jolie personne sur la photo) ne souffre plus maintenant elle qui a souffert pendant 2 ans, je sais, c'est facile à dire mais c'est d'abord à elle qu'il faut penser, à ton frère ensuite puis toi.

    Tu lui rends un superbe hommage Pivoine. Il y a des tas de façons de s'aimer, il n'est point besoin de toujours être collé l'un à l'autre.

    Je te présente toutes mes condoléances ainsi qu'à ton frère, je pense très fort à vous!

    Je t'embrasse très fort et courage mon amie !!!

     

    5
    Mercredi 29 Avril 2015 à 20:30

    Mon amie

    je suis triste pour toi pour ton frère sa famille

    je pense très fort à toi te présente mes sincères condoléances

    Je t'embrasse ton amie Ora

    6
    Mercredi 29 Avril 2015 à 21:36

    Plein de bisous de Lydie

    7
    Mercredi 29 Avril 2015 à 21:58

    Bonsoir Pivoine

    Et oui c'est toujours triste de perdre quelqu'un qui nous est cher surtout qu'elle parait jeune, il n'y a pas de justice, toutes mes condoléances et courage, bisous

    8
    Mercredi 29 Avril 2015 à 23:23

    En effet c'est bien triste de partir si jeune mais dans un autre sens il faut se dire qu'elle a fini de souffrir  c'est une maigre consolation peut être mais maintenant elle repose en paix Sincères condoléances 

    9
    Jeudi 30 Avril 2015 à 08:46

    je suis émue de lire cet article, je partage ta peine ! je me dis qu'elle ne souffre plus, c'est pas une vie de souffrir ! je n'ai pas peur de la mort mais de la souffrance ! bonne journée et courage

    10
    Jeudi 30 Avril 2015 à 08:48

    Quand la maladie incurable s'abat sur une personne alors le soulagement et le départ mais ceux qui restent souffrent le martyr. Je ne t'apprends rien de toute façon ! Puis tu le sais, tout va s'apaiser et seuls les bons souvenirs, les douces pensées vont rester pour atténuer la souffrance. J'aurais espéré que tu trouves le moyen financier d'y aller mais ton frère sait que tes pensées ne seront tournées que vers eux. Il faut toujours se relever dans cette vie, tout le temps et c'est fatigant et je t'admire ma Fleur car tu as une telle énergie en toi pour rester debout. Tu es un petit bout de bonne femme épatante ! Mes très sincères condoléances mêlées à mes larmes rien que pour toi ce matin et ta belle-soeur.
    Gros bisous

    11
    Jeudi 30 Avril 2015 à 11:06

    Heureux 1er Mai

    ma pivoine

    malgrés ta douleur ,je voulais t'offrir ce beau bouquet 

    je viens d e lire ton écrit 

    cela m'as vraiment touchée

    moi qui voudrait partir je lui aurais donner volontiers ma place 

    mais dieu ne fait pas les bonnes solutions 

    ta belle soeur était trés jolie 

    mais quand la souffrance est là

    le départ est la seule solution 

    une étoile est montée au ciel ,elle veilleras sur ton frére et toi 

    elle as choisit comme moi la mer

    ton péme est trés beau 

    bon courage ma douce amie

    oui oui j'ai bien reçue ta carte 

    je t'avais remercier sur un commentaire 

    bon jeudi a toi

    gros gros bisous 

    mireille

    12
    Jeudi 30 Avril 2015 à 12:37

    Bonjour

    Toutes mes condoléances!

    C'est toujours difficile de perdre quelqu'un que l'on aime, alors quelqu'un de la famille c'est encore plus douloureux!

    La pauvre, elle n'a pas été épargnée!

    Et toi non plus, tu perds beaucoup de personnes dernièrement.

    Je te souhaite courage et t'envoie mes ondes positives!

    Je suis désolée, j'en perds un peu les mots, et j'ai l'impression de me répéter dans mon commentaire que je te laisse. Mais je sais à quel point c'est douloureux!

    Bisous

     

    13
    Vendredi 1er Mai 2015 à 12:26

    Sincères condoléances, douces pensées !

    14
    Vendredi 1er Mai 2015 à 18:56

    BONSOIR PIVOINE !! je compatis à ta peine et je te présente mes sincères condoléances . Dominique ne souffre plus ,il ne reste plus que la souffrance morale de ses proches .Et celle-ci s'atténuera avec le temps . Son souvenir sera toujours présent dans ton coeur et dans ton esprit .Ne dis-t'on pas que :le tombeau des morts est dans le coeur des vivants .Pas d'endroit pour se recueillir ,mais chaque fois que tu seras en bord de mer ou que tu verras la mer sur un écran ,ta pensée ira vers ELLE . Je tembrasse et suis de tout coeur avec toi .  ELVY

    15
    Vendredi 1er Mai 2015 à 20:55

    http://infosurtoutetrien.com/wp-content/uploads/2013/02/la-mort-nest-quun-passage.jpg&sa=X&ei=GMtDVf_pHYTpaI2IgLgK&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNFsy2V7-LsSzZmCbV-15Hw0nUO1WQ" width="600" height="420" alt=""/>

    Pensées sincèrement attristées à ton frère à toi et toute ta famille, que cette femme courageuse repose en paix, la vie est un chemin souvent douloureux.

    Bises amitiés et désolée je ne sais plus écrire !

    16
    Vendredi 1er Mai 2015 à 20:58

     

               La mort n’est qu’un passage.

          Je suis seulement passé dans la pièce à coté.

                     Je suis moi, Vous êtes vous.

         Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

    Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné

        Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.

               N’employez pas un ton différent.

         Ne prenez pas un air solennel ou triste.

    Continuez de rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

        Priez ou ne priez pas.

    Souriez, pensez à moi.

    Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l’a toujours été.

                    Sans emphase d’aucune sorte,

                        Sans aucune trace d’ombre.

               La vie signifie tout ce qu’elle toujours été.

    Le fil n’est pas coupé.

    Pourquoi serais-je hors de vos vues ?

                    Pourquoi serais-je hors de vos pensées.

             Je ne suis pas loin. Juste de l’autre coté du chemin.

     

    (Charles Peguy)

    17
    Dimanche 3 Mai 2015 à 07:39

    De tout coeur avec toi.

    Quelle coïncidence car j,ai ma belle-soeur qui

    Nous a quitté le même jour !!!!!!!..... 

    Amities.

     

    18
    Lundi 4 Mai 2015 à 16:46

    En te lisant j avais les larmes aux yeux car mon épouse et moi avons véçu un peu la même triste histoire avec une nièce qui est partie à l'âge de 58 ans.

    Elle est rentrée à l'hopital un vendredi, après 21 ans de combat, avec de partir elle a regardé toute sa maison, elle a caressé son chien qu'elle adorait, elle savait qu'elle ne reviendrait plus. Et le lundi matin son époux nous a appelé en nous disant qu'elle vivait ses dernières heures, alors nous nous sommes précipité à l'hopital et nous l'avons accompagnée jusqu'à son dernier souffle qui à eut lieu à 20 heures le soir. C'était quelqu'un que nous adorions.

    Bon courage à toi

    Bises de Liliane et François.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :