• JOURNEE INTERNATIONALE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES;

    Le 25 novembre 

    Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

    JOURNEE INTERNATIONALE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES;

    En même temps que l’on fête les catherinettes, on crie pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

     

    Si l'on demandait à un citoyen pris au hasard ce que signifie pour lui le 25 novembre, nul doute que cela ne lui évoquerait pas grand chose sauf peut-être la Sainte Catherine s'il a gardé en mémoire de vieilles traditions... C'est pourtant la date choisie par les Nations Unies en 1999, pour célébrer la Journée Internationale pour l'Elimination de la Violence contre les Femmes. On l’appelle aussi la « journée orange » car chacun est invité à porter du orange en signe de protestation.

     

    Ce jour a été choisi en hommage aux trois sœurs Mirabal, activistes assassinées sur une route de montagne le 25 novembre 1960 dans leur lutte contre le dictateur dominicain Rafael Trujillo.

    D’ailleurs Minerva, la sœur cadette, passe pour avoir eu comme Catherine une intelligence précoce. A cinq ans, elle sait lire et écrire, à sept ans elle récite des vers de Victor Hugo. Comme Catherine aussi, ses ennuis commencent lorsque le Jefe  décide de la mettre dans son lit et qu’elle refuse de céder.

    De Catherine d’Alexandrie aux soeurs Mirabal, sans se complaire dans le culte du martyre, peut-être pourrait-on faire du 25 novembre, plutôt que la résurrection sous des airs de joyeuse gaudriole d’une coutume on ne peut plus patriarcale, un symbole de résistance.

     

    Les sévices et tortures infligés par des hommes à des millions de femmes, sont bien réels et les colonnes de tous les journaux de la terre ne suffiraient pas si l'on voulait recenser la totalité de ces crimes.

    JOURNEE INTERNATIONALE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES;

    Les violences faites aux femmes, qu’elles soient sexuelles, économiques, physiques ou psychologiques touchent une femme sur dix dans la population française

    JOURNEE INTERNATIONALE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES;

     

    Une femme meurt tous les 2,5 jours sous les coups de son conjoint ou de son ex-conjoint

     

    9 enfants ont également été les victimes collatérales de ces violences, et 20 ont été témoins des scènes de crime de leur mère.

    JOURNEE INTERNATIONALE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES;

    Pour toutes les femmes victimes de violence, un seul n° d’écoute national gratuit, le

    39 19.

     

    Seule une femme battue sur dix dépose aujourd'hui plainte. Et même parmi celles qui poussent la porte d'un commissariat, une moitié seulement porte effectivement plainte. Pour l'autre moitié, la protection qu'apporte une procédure pénale bute encore trop souvent sur des situations inextricables : contraintes familiales, souci de protéger les enfants, absence de logement ou surtout  peur…

     

    …Ou tout simplement parce que la police n’est pas encore a l’écoute de ces femmes et les renvoie tout bonnement à leur calvaire parce que ces « messieurs » sont restés machos dans l’âme ou n’ont pas l’envie de bouger leurs fesses de leur confortable fauteuil pour aller jusqu'a l’ordinateur faire un rapport. Il faudrait former les policiers spécialement sur cette question car beaucoup font preuve très souvent de laxisme et les femmes s’entendent répondre « quand on vit avec quelqu’un on sait à quoi on s’expose, sinon on fuit », véridique je l’ai entendu et je l’ai vécu !

    JOURNEE INTERNATIONALE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES;

    Pourtant, des lois ont été pondues, on clame partout qu’il ne faut pas hésiter à porter plainte. Mais ces règles ne sont appliquées que lorsque les femmes sont presque mortes, sinon il n’y aurait pas autant de pétitions, pas autant d’actions menées par des associations de femmes !

    JOURNEE INTERNATIONALE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES;

    Nous, les femmes, ne sommes encore considérées que comme les objets de ces hommes violents et machos qui s’arrangent toujours pour justifier leurs actes et rendre coupable la femme, et je peux vous assurer que ça rit bien dans les commissariats ! Paroles de Pivoine !

     

    Alors ça n’est pas près de s’arrêter, même en créant cette journée, en manifestant, en haussant la voix.

     

    Combien de fois cette année a-t-on entendu le cas de femmes qui ont tué leur compagnon à force de subir des violences, des injures, ou autres, malgré les signalements à la Police, leurs mains courantes restées sans suite ? Combien de femmes ont trouvé la mort aussi sans que la police n’intervienne ? Je suis effarée devant l’augmentation de ces cas. Les femmes doivent se faire justice seules car les mentalités n’ont pas beaucoup changées, si, dans la parole, pas dans les faits, l’homme « le mec » aura toujours la part belle. Et ça me révolte.

    JOURNEE INTERNATIONALE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES;

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Novembre 2014 à 15:43

    Bonjour

    Je trouve cela vraiment horrible. Je ne peux imaginé ce que ces femmes endures. Le pire c'est que souvent, elles n'osent rien dire de peur de représailles...

    C'est bien qu'il y ait un jour comme celui-ci!

    Bisous

    2
    Lundi 24 Novembre 2014 à 16:24

    C'est l'horreur et les voisins qui entendent et disent "ça ne nous regarde pas, on ne s'en mêle pas" pffffff ! l'indifférence tue aussi ... Bisous Véro.

    3
    Lundi 24 Novembre 2014 à 17:20

    violences physiques , mais aussi morales qui sont pire parfois que les coups !!  Les femmes , de tout temps ont été esclaves et victimes des hommes . Pourtant je trouve qu'elles sont souvent bien plus combatives et plus courageuses que ces messieurs ! Au 21 ème siecle je trouve que c'est inadmissible !!!  bisous . elvy

    4
    Lundi 24 Novembre 2014 à 17:53

    merci de parler d'elles qui ne méritent pas du tout d'être traité de la sorte ?

    je ne comprend pas du tout comment on peut faire ça aux femmes et filles et +++  ??

    amicalement   bonne soirée   A+

    MERCI ...

    5
    mireille du sablon
    Lundi 24 Novembre 2014 à 19:47

    Jamais je n'accepterai une domination dans un sens ou dans l'autre.

    Que de témoignages horribles! il faut qu'elles parlent....et surtout que l'on sache les écouter!

    Bises de Mireille du sablon

    6
    Lundi 24 Novembre 2014 à 20:04
    francinea

    bonsoir, ça c'est dans nos rêves, tant qu'il y aura des hommes... pour ma part, si un mec lève la main sur moi, il fait ses valises ! je n'accepterai jamais ça; sinon, je suis contente que mon article te plaise, demain je parle d'amour, rien à voir avec la violence; et je suis d accord avec toi sur l'art contemporain, certes il y a de jolies choses, mais quand même, rien à voir avec cet artiste qui a sculpté cette divinité ! bonne soirée, bisous

    musée lapidaire aix les bains

    7
    Lundi 24 Novembre 2014 à 21:27

    Bonsoir

    Je connais une femme qui se faisait tabasser, elle à fini par le laisser mais elle me disait je l'avais dans la peau.

    Jamais je ne me laisserai taper, un homme n'a pas le droit de lever la main

    Je te souhaite une bonne soirée, bisous

    8
    Lundi 24 Novembre 2014 à 21:37

    L'horreur....

    Bonne soirée. bizzzz)

    9
    Mardi 25 Novembre 2014 à 06:52

    c'est incompréhensible !!! choquant ! bonne journée

    10
    Mardi 25 Novembre 2014 à 10:31

    Bonjour Pivoine, super billet pour cette journée, je te souhaite une bonne journée !

    11
    Mardi 25 Novembre 2014 à 10:53

    Bonjour ma louloutte, article similaire sur mon blog... ns sommes les deux "révolutionnaires" de ce site. Il faut exprimer ses opinions, surtout quand le sujet traite  de la violence physique et morale faites aux femmes. Je n’aborderai pas ici la violence faites aux enfants, aux personnes âgées,  ni même celle faites aux animaux, ce sont d'autres sujets tout aussi alarmants  et qui méritent qu'on s'y attarde longuement.

    Certaines portent bien haut l'espoir d'un changement. Utopique. Si l'homme a fait de grands pas dans le domaine des sciences et des technologies, dans le domaine de l'humanité il a régressé et je ne crois pas qu'il soit possible qu'il fasse machine arrière car l'homme est au fond de lui un barbare qui contient difficilement sa violence et qui fonctionne bien différemment qu'une femme. Dans notre société dites évoluée on ne devrait plus lire dans les  journaux qu'une femme est décédée suite aux coups reçus par son conjoint ou son compagnon. Et si on  pose notre regard ailleurs sur la planète, difficile de trouver un endroit  où la femme soit légale de l'homme, où la femme ne soit pas exposée aux violences masculines. Pire encore comme en Inde où la naissance d'une petite fille est un fardeau si lourd pour le foyer qui la vue naitre que ce dernier choisit de l'éliminer. Et quand elle n'est pas éliminée rien ne garantit que son avenir soit plus doux, au contraire. Dans un pays où l'animal est roi, on est en droit de se demander quelle position sociale occupe la femme. Mais il faut gratter encore un peu plus et s'alarmer du fait que ce pays qui respectait hier encore les animaux est tout simplement en train des les éliminer pour des raisons souvent obscures pour l'observateur mais fondées pour ceux qui perpétuent ces crimes. Je vois dans des reportages une telle violence envers les animaux qu'il m'est interdit de penser que l'homme deviendra un jour plus clément envers la femme. Ou alors si je pense le contraire, c'est que ma boite à neurones subit de graves dysfonctionnement. Les structures équipées de matériel moderne permettent à la femme indienne de faire ses choix : un garçon, on  garde, une fille on avorte. C'est un terrible choix. Je ne juge pas ses femmes mais la société dans laquelle elles vivent. Qu'ajouter de plus si ce n'est que dans d'autres pays du monde la femme n'est pas mieux lotie que l'indienne.

     

    12
    Mardi 25 Novembre 2014 à 11:20

    re : Quand on interdit alphabétisation à une petite fille, on entre à pieds joints dans le cercle infernal de la violence. Quand on oblige une femme à circuler dans la rue vêtue d'une burka, c'est une violence, quand on lapide cette femme parce qu’elle n'a pas respecté la loi suprême de ceux qui se croient au dessus de leur Dieu, c'est une violence extrême, quand on fait le choix de laisser "crever" cette femme dans le caniveau lui interdisant l'accès aux soins, c'est une violence... OUI, on doit s'alarmer, nous les femmes du monde entier, car les hommes qui gouvernent nos pays civilisés  ferment les yeux sur cette violence mondiale mais aussi sur celle dont les femmes de leurs pays sont victimes.

    Chez nous, il y a comme ailleurs d'ailleurs, la femme est victime de la violence physique mais aussi  de la violence morale, celle qui détruit lentement mais sûrement comme un poison. Il ne faut jamais se fier aux apparences, je l'ai encore appris il y a peu. Certes tous les couples ne cachent pas de lourds secrets mais  combien sont ces femmes qui taisent le harcèlement moral dont elles sont victimes ? Bien plus qu'on le croit,  hélas ! Une de mes connaissances victime d'un harcèlement (pas public tu penses bien...) m'a dites cette chose terrible : "je ne suis rien, je suis la honte de mon mari, de ma famille (à force de lui répéter elle en est convaincue bien sur...), j'ai peur de mon mari, il ne m'a jamais battue mais il me fait peur.... Elle, une loque, lui pavane comme un paon... Je suis tombée sur mes fesses quand cette connaissance m'a faites ces confidences là...

    Je me souviens d'une voisine qui subissait avec sa fille ainée la violence de son mari. Elle nous avait commandité une voisine et moi à écouter le discours de son mari à la visite d'une assistance sociale. Le résumé de cette visite : elle, l'épouse, tous les démons de la terre l'habitaient, lui, une blanche colombe salie par les propos de son épouse et de sa fille. Et le comble, c'est que cette imbécile d'assistance sociale a cru tout le baratin du mari. Nous avons aidé cette femme comme nous le pouvions et notamment en la menant à la gare et en lui payant des billets de train à sa fille et à elle. Quand nous intervenions de la sorte, le mari ne pipait pas mot et sa femme et sa fille avaient la paix pour quelques jours. Les aider à aller respirer l'air ailleurs leur faisait le plus grand bien. Nous l'avons aidé jusqu'à sa séparation (oui, elle avait fini par pouvoir se séparer de lui). Le mari a été interné et elle et sa fille (violée par son père) ont enfin pu vivre une vie plus sereine.

    13
    Mardi 25 Novembre 2014 à 11:38

    re : Ça n'est pas facile de se faire entendre dans notre pays... l'homme ayant toujours et forcément raison et si peu qu'il soit un peu  doué dans le domaine de la comédie, c'est tout bénéf pour lui.

    Que de chemin encore l'homme a t il à parcourir avant d'être catalogué "d'évolué", et même si je ne crois pas à une évolution bénéfique pour la femme pour qu'enfin elle trouve sa place dans cette société gouvernée et dirigée par les hommes, je fonde un infime espoir de jours meilleurs, sans grandes illusions certes, mais il ne faut jamais désespérer...

    Ste Catherine : voilà encore un bel exemple de violence envers les femmes. J'ose espérer que les choses ont évolué car à notre époque être toujours célibataires à 25 ans  c'était presque honteux et les catherinettes faisaient l'objet de nombreux quolibets, les pauvres.

    Tu te rends compte qu'on n'hésite pas à déployer toute une armada pour la capture d'un soit disant tigre magicien et transformiste. Le coût de cette intervention aurait été plus utile à la lutte contre la violence, à la précarité de certains.... Bref !

    La terre a continué de tourner pendant que moi je visitais le monde à travers l'écran de mon téléviseur. Samedi dernier fut le jour de ma première sortie... un mois que j'étais cloitrée dans ma chaumière... c'est long un mois.Un mois cloitrée, je n'ai rien vu des préparatifs des magasins... et j'ai encore du mal à croire que décembre sera bientôt là.

    Arf, quel bonheur le p'tit lutin qui marche... on rigole, on dirait un pingouin... un pingouin qui déménage tous les tiroirs, qui squatte le "dodo" d'Ipso et j'en passe. Un amour mon p'tit lutin.

    Il y a déjà une barrière au bas de l'escalier, une séparation physique installée à la venue d'Ipso qui ne se gratte pas pour monter à l'étage s'il en a l'accès, lol ! Et cette barrière rassurait plus ou moins la bande à Nono. Aujourd'hui la bande à Nono et Ipso s'entendent comme larrons en foire mais ce fut une étape  bien laborieuse à atteindre.

    La santé de Doudou n'est pas très brillante, il a perdu 3 kilos ...

    Voilà ma louloutte, j'ai rattrapé mon retard de bavardage, lol !

    Gros bisous à toi et à très vite.

    Eve

     

     

    14
    Mardi 25 Novembre 2014 à 13:04

    Je suis toujours très affligée quand je vois ça et pour cause... les auteurs ne sont souvent pas assez punis pour ces actes de violences infâmes !

    15
    Mardi 25 Novembre 2014 à 14:10

    Bonjour

    Un petit coucou tout simplement

    Je te souhaite une bonne journée, bisous

    16
    Mardi 25 Novembre 2014 à 14:38
    francinea

    bonjour, hé oui le romantisme à cette époque n'avait pas ce côté fleur bleue d'aujourd'hui; c'était plutôt l'expression du "moi", je suis si triste, si malheureux, si seul; j'imagine Lamartine se lamentant et criant son désespoir au bord du lac, ah ... j'aurais aimé être la belle (sans la tuberculose) qu'il a tenu dans ses bras, plutôt bel homme, cet Alphonse !

    bonne journée, et merci, contente que mon article te plaise, cette histoire est très émouvante, et si romantique bisous

    Alphonse et Julie lac du bourget

    17
    Mardi 25 Novembre 2014 à 16:41

    Ouf ! J'ai réussi à te retrouver. Bonne soirée ma Pivoine préférée. Gros bisous

    18
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 07:13

    Et je me demande pourquoi tant de femmes sont aussi provocantes ? . Un article qui montre le malaise de notre société , malaise dû à la situation économique ! . Une bien triste réalité et je te remercie d'en avoir parler . Bonne journée à toi , bises , Susan 

    19
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 10:35

    les images sont dures , mais helas c'est encore en 

    2014la realite;

     j'espere que tu vas bien bises.."V"

    .

     

     

    20
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 11:40

    Bonjour Pivoine

    Le soleil est de retour, je vais pouvoir faire une balade voilà deux jours que je ne suis pas sortie

    Je te souhaite une bonne journée, bisous

    21
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 15:11

    Bonjour Pivoine,

    C'est facile de dire, "si un homme me frappe je le met dehors" ! certains hommes sont si violents, qu'il serait bien difficile de les mettre dehors ! certaines femmes ne travaillent pas, ont 3, 4 ou 5 enfants, alors partir c'est bien, mais où ? Les foyers sont plein et les listes d'attente longues. Il n'y a pas que la maltraitance physique, mais morale aussi. A force de dire à ces mamans, ces épouses, qu'elles sont moches, nulles, qu'elles ne savent rien faire, elles n'ont plus confiance en elles, et subissent les coups et les insultes sans broncher, elles se mettent dans la tête que tout est de leur faute. Elles n'osent pas se plaindre, justement à cause des enfants. Certains maris menacent de prendre les enfants si elles en parlent à qui que se soit. La France ne prend pas ce problème au sérieux. La plupart du temps c'est la femme qui part avec les enfants, le mari garde le logement, les meubles, ce n'est pas normal, et il est rarement puni. 

    Passe une bonne journée, grosses bises, Véronique

    22
    Jeudi 27 Novembre 2014 à 14:14
    francinea

    merci pour mon article, contente que tu apprécies, bonne journée, bisous

    23
    Jeudi 27 Novembre 2014 à 16:11

    Bonsoir Pivoine,

    Je suis heureuse que mes "nanas" te plaisent ! passe une très bonne soirée, bises, Véronique

    24
    Jeudi 27 Novembre 2014 à 16:36

    Coucou ma louloutte,

    Tous mes articles aufiens tournant  autour du sujet, les bricolages, les recettes, les idées déco, tout est parti aux oubliettes à cause de je ne sais quels vicieux farfadets - bon, on sait que ce ne sont pas des farfadets mais des alertes intentionnées... Bref ! Pourquoi ne pas exploiter à nouveau le sujet, et ce thème me plait bien, Noël étant (encore...) une de mes fêtes préférées.

    Journée tristounette... il fait nuit de bonne heure, j'aime pas !

    Comment vas tu ?

    Bonne et douce soirée et gros bisous.

    Eve

    25
    Jeudi 27 Novembre 2014 à 19:20

    Il y a des choses qui ne feront jamais stop !!!..... 

    Large débat....

    Bonne soirée.

    Bizzzz)

    26
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 19:06

    A notre époque, c'est tout simplement inimaginable, et pourtant ça existe ... ! On peut dire beaucoup de choses à ce sujet, mais on se sent surtout impuissant, que faire ????? ... On rentre dans l'intime des gens, et c'est très délicat. Bises et à +

    PS Je vais peut-être en choquer quelques-unes, mais j'ai connu un homme battu par sa femme, et oui, c'est ça aussi l'égalité ! ...

    27
    Dimanche 30 Novembre 2014 à 08:36

    Oui il faut toujours dénoncer et ne pas oublier qu'en France aussi les femmes sont souvent victimes de violence. La semaine dernière une mamie est venue défigurée et m'a dit moi ce n'est pas grave l'essentiel est que mon petit fils n'a rien , il est indemne  Tu imagines? Une autre derrière ses lunettes pleine de bleus. Le dialogue est difficile il faut y aller avec plus que prudence car le dialogue est très délicat. Pas facile merci pour cet article.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :