• DE L'OURS AU NOUNOURS

     DE L’OURS AU NOUNOURS 

     Après les bidibules, je vais continuer mon retour en enfance en vous parlant du célèbre et tant aimé de tous, le nounours.

     QUI N’A PAS REVE UN JOUR DE SON OURS EN PELUCHE ?

    Le mien était beige avec l’intérieur des oreilles et le dessous des pattes et  des mains marrons foncés. Je l’avais appelé François, comme mon grand-père que j’affectionnais. Je lui avais arraché un oeil car mon grand père avait un œil en moins  mais ma grand-mère s’était empressée de lui coudre un bouton en guise d’œil. Je lui avais fait la boule et le corps à zéro, là je ne sais pas pourquoi, le pauvre avait des coups de ciseaux partout mais je le trouvais beau. Je l’ai perdu dans mon déménagement, trois cartons ont été volés le temps de faire un voyage du RDC au 14ème étage. J’ai pleuré mon nounours François et je ne me souviens même pas de ce que j’avais dans les cartons manquants tant mon chagrin était grand. Vers l’âge de 15 ans mes parents m’ont offert, pour Noël un nounours gris mais ça n’a jamais été le fol amour, c’était trop tard, j’étais devenue grande et je gardais François même, comme le disait ma mère, s’il ne ressemblait à rien. Le gris, je l’ai donné à ma fille qui le voulait lorsqu’elle était petite. Pourtant celui là était tout doux.

    Une amie m’a offert à Noël un nounours articulé, je vous le montre. J’ai une bougie avec un nounours dedans. Les nounours c’est pour « quand on est tout jeune », c’est là que l’on accorde le plus d’attention à ce que l’on possède.Tous les nounours ont donné vie à des livres pour enfants, des dessins animés, des séries dont je vous parlerai plus tard, juste pour le fun…

    HISTOIRE DE L'OURS EN PELUCHE : ORIGINES ET EVOLUTIONS

     Un ours en peluche – également appelé nounours par les enfants, ou toutou au Québec, est un jouet en forme d'ourson. Il s'agit d'une forme traditionnelle de peluche, rembourrée avec de la paille, des haricots, ou plus récemment du coton ou du plastique.

    Vers la fin du XXe siècle, certains ours en peluche sont devenus de véritables et coûteux objets de collection. On nomme « arctophilie » l'art de collectionner les ours en peluche. Certains arctophiles privilégient les ours anciens, d'autres les ours d'artistes. Le premier musée consacré à l'ours en peluche – le Teddy Bear Museum – a vu le jour en 1984 à Petersfield dans le comté du Hampshire, en Angleterre.

    VOICI L’HISTOIRE DE L’OURS EN PELUCHE ET SES EVOLUTIONS.


    L’HISTOIRE DE L’OURS EN PELUCHE 

    À Giengen, en Allemagne, en 1902
    C’est là que Margarete Steiff, une fabricante de jouets qui réalisait des animaux en peluche avec des restes de tissus, a fabriqué le premier ours-jouet en peluche de mohair d'après des croquis exécutés au zoo de Stuttgart par son neveu Richard Steiff. 
    Ce prototype, appelé l'Ours PB 55, a été commercialisé sous le nom de "Friend Petzy". 
    Ce premier nounours remporte un succès énorme pour l'époque. 
    Un gros importateur américain en demande plus de 3000 exemplaires à la Foire de Leipzig en 1903. 
    En 1907, la production d’ours en peluche dépasse un million d’exemplaires. 
    Aujourd'hui encore, la firme Steiff

    produit des ours en peluche et des répliques de ses anciens modèles. 

    Les ours de Steiff sont constitués de mohair variant du beige au brun, et rembourrés de copeaux de bois ou de sciure. Leurs articulations étaient rudimentaires et ils reprenaient toutes les caractéristiques des vrais ours : le dos vouté, de longs bras pour se mettre à quatre pattes ou debout, de grands pieds et des griffes brodées. Les yeux noirs sont des boutons de bottine, le museau est affiné, terminé par une truffe de laine, surmontant une bouche en V inversé. Ses bras sont longs, et peuvent parfois atteindre les genoux. L'ours peut mesurer de 45 cm à 75 cm. Il a de grandes pattes, des cuisses larges, des pieds fixés en angle droit aux jambes. Les griffes sont représentées par des points de laine noire. Les membres sont articulés et mobiles. L'estomac renferme parfois un « grogneur ».

     Le nez et la bouche en V inversé étaient également brodés, tandis que les yeux étaient faits de boutons de bottines.   Les yeux de sécurité en plastique, vissés et inarrachables sont apparus en Angleterre en 1948. L’inventrice de ce modèle, Wendy Boston, a également créé en 1960 l'ours "Playsafe", le premier ours lavable en machine (en Nylonbourré de mousse s Leurs articulations étaient rudimentaires et ils reprenaient toutes les caractéristiques des vrais ours : une bosse dans le dos, de longs bras pour se mettre à quatre pattes ou debout, de grands pieds et des griffes brodées. ynthétique).  

     

    LE TEDDY BEAR AMERICAIN  

    C'est en 1903 qu'apparaît le nom célèbre de l'ours en peluche : Teddy Bear, surnom repris dans de nombreux pays. 

     Ce nom lui vient du président des États-Unis Theodore Roosevelt, qui était surnommé « Teddy » et qui était un grand amateur de chasse. Une anecdote raconte qu'un incident survint lors d'une chasse à l'ours dans le Mississippi en 1902 : des chasseurs acculèrent un ourson afin de satisfaire les cartouches du président, qui était bredouille depuis plusieurs jours. Roosevelt, outré, jugeant l'acte antisportif, refusa de tuer l'animal. Cette histoire fut vite immortalisée : l'expression « Teddys Baer » a immédiatement été utilisée dans les caricatures de la presse, notamment par Clifford Berry man dans le Washington Post.

     

    Deux émigrants russes de Brooklyn, Rose et Morris Michtom créèrent puis commercialisèrent dès 1903, à partir des dessins publiés dans la presse, un ours en peluche qu'ils baptiseront Teddy, avec la permission du président : le nom de « Teddy bear » se retrouve sur tous les ours de la production de Michtom. Les Michtom sont alors connus comme les premiers fabricants d'ours articulés en mohair; ils créeront ensuite leur entreprise « Ideal Novelty and Toy Co ».

    La vogue des Teddy's Bear continuera, inspirant même des chansons comme « Teddy Bear's Picnic », composée par John W. Bratton et chantée par Jimmy Kennedy.

    La société, la Ideal Novelty and Toy Company a continué à produire des ours en peluche jusqu'en 1984. 

    LE PREMIER NOUNOURS FRANÇAIS 

    En français, dans la littérature enfantine, l'ours s'appelle traditionnellement « Martin ».

    C’est le fabricant Marcel Pintel qui a introduit le premier ours en peluche français dans sa collection de jouets mécaniques et de jouets rembourrés, en 1921
    Cet ours, qui ressemblait beaucoup à l'ours allemand, avait pour particularité de présenter un sourire ou une grimace. Les ours Pintel furent les premiers nounours à être dotés d’une expression. 
    Dès 1925, les jouets Pintel furent concurrencés en France par un autre fabricant d'ours en mohair : la marque FADAP. 

    EVOLUTIONS

    L’ours en peluche a beaucoup changé depuis son invention si bien qu’on en trouve aujourd’hui de toutes les couleurs et de toutes les formes. 

    Avant la Seconde Guerre mondiale, les yeux en boutons de bottine sont remplacés par des yeux de verre dotés de pupilles, fixés à la tête par des fils.

    Après guerre, la morphologie de l'ours en peluche change : la bosse se fait plus discrète, les membres sont plus courts. La rexine remplace le feutre ou le velours. Le corps se veut plus souple.

    De nos jours, les truffes sont élaborées à partir de plastique, les coutures sont plus solides, les colorants proscrits. Les ours articulés ont progressivement disparu, laissant place à des ours plus souples, plus ronds et plus rebondis.

    L’ours classique connaît trois variantes au fil des années : le grand ours, pouvant atteindre 1,50 m ; l’ours miniature, dont le prototype fut élaboré par Steiff, avec un ours de 22 cm. Les véritables miniatures n’atteignent pas les 15 cm. Et enfin l’ours à roulettes, qui est une véritable caricature des vrais ours sauvages.

    De nombreux fabricants d'ours en peluche se sont partagés le marché : J.K.Farnell (Angleterre), Steiff (Allemagne), Chad Valley (Angleterre), Ideal Toy Company (États-Unis), Dean's (Angleterre), Hermann (Allemagne), Schreyer &Co. (Allemagne), et Merrythought (Angleterre).

     LES PREMIERS OURS AUTOMATES ont été fabriqués dans les années 1920. 
    C’est aussi à cette époque que les ours en peluche sont devenus les héros de livres pour enfants, notamment ceux d’Alan Alexander Milne, qui a écrit Winnie the Pooh (Winnie l'ourson) en 1926

     L'ours automate 

    Dans les années 1920, les premiers ours automates sont réalisés par la société allemande Gebrüder Bing, de Nuremberg, fabricants d’ustensiles de cuisine. Dans les années 1930, la société fait faillite mais la production en masse des ours automates se poursuit.

    D’autres élaborations voient le jour au fil des années : les ours Süssenguth, présentent une fonction simple leur permettant de bouger les yeux et la langue. Ou encore les ours « grogneurs » qui passent dans différentes phases d’amélioration.

     

    L'OURS THERAPEUTE  

    C’est aux États-Unis que les premiers « Rock-a-Bye Baby Bears » de Dakin sont apparus, conçus pour restituer les battements du cœur du fœtus et apaiser les bébés de 16 semaines agités.

    Un des premiers à utiliser un ours en peluche thérapeute fut Peter Bull, qui, après avoir construit des bras rudimentaires à un ours, expliqua à un petit garçon sa maladie (causée par la thalidomide) et put le réconforter par la même occasion. Quelques années plus tard, son idée fut reprise par Russell Mc Lean, plus connu sous le nom de « Teddy Bear Man », qui consacra des œuvres de charité à offrir des ours en peluche à chaque enfant hospitalisé afin de le réconforter.

    AU LENDEMAIN DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE, la morphologie de l'ours en peluche a changé, avec des modèles plus souples, non articulés, de forme plus ronde et aux membres plus courts.

    L'OURS : UN SYMBOLE, UN EMBLEME CULTUREL

    Certaines capitales européennes ont encore aujourd'hui l'ours pour emblème. Ce phénomène trouve sont origine dans le langage même, à travers ce que l'on appelle des "figures parlantes".
    En Suisse, la ville de Berne arbore fièrement un ours sur sa bannière depuis le XIIIe siècle; elle voue au plantigrade un culte, comme à un animal totem. Un jeu de mots associe Bern, le nom de la ville, et le mot Bär, qui désigne l'ours en allemand.
    "Berlin" signifie "petit ours", en allemand.
    "Madrid" viendrait de "maderno", "madrono", qui signifie "ours" en espagnol.

     

    L'OURS ET LES PELUCHES SOUPLES

     Suzanne Van Gelder (née Kahn) créa à Paris en 1947 la marque « Anima » qui se spécialisa dans la fabrication de peluches souples. Elle est la sœur de Robert Kahn, de Pierre Kahn-Farelleet d'Edmée Jourda. Ses premiers modèles prototypes, en 1945, un garçon et une fille en peluche, bleu pour l'un, rose pour l'autre, étaient nommés « Poumi » et « Nanou », qu'elle avait créés pour ses neveux, Annette Kahn et Paul-Émile Kahn. Suzanne Van Gelder révolutionna la peluche en créant des patrons permettant de découper la peluche dans des formes ne nécessitant aucune armature intérieure et donc d’une esthétique et d’un confort inégalés. « Anima » fut une des marques parisiennes les plus réputées et les plus à la mode des années 1950-1970. Son histoire recoupera plus tard celle de « Boulgom » et « Cédéji », qui en reprendront certaines créations8. Le Musée des Arts décoratifs à Paris montre ainsi des ours créés par Suzanne Van Gelder pour Anima dans les années 70.


     LES OURS EN PELUCHE, SURTOUT LES MODELES ANCIENS, SONT DEVENUS DES OBJETS DE COLLECTION

    Depuis 1980, la marque allemande Steiff réédite son ours de 1905. 
    Les fabricants et les artistes réalisent aussi des modèles uniques ou des séries limitées que les collectionneurs s'arrachent. 


  • Commentaires

    1
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 10:12

    Bonjour Pivoine

    Et oui ils sont aimé ces petits nounours, qui n'a pas eu le sien !

    Je te souhaite une bonne journée et un bon week-end, bisous

    2
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 11:10

    De belles histoires d'ours, très sympathique ami et doudou des enfants et des plus grands aussi, je dis ça car ma fille Vanessa (44 ans) en a une soixantaine ! bon vendredi !

    3
    mireille du sablon
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 11:57

    J'ai aussi perdu mon nounours d'enfance, il avait été dans les bras de mes petites soeurs souvent raccommodé de partout!...

    Bises de Mireille du sablon

    4
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 12:07

    Enfant, je n'ai pas eu d'ours aussi je m'en suis offert un en l'an 2000 (oui, seulement).

    C'est un vrai ours avec une queue. Il est irlandais et se nomme Patrick bien sûr !

    Ma petite fille m'en a offert un, récemment, il est petit, beige, c'est une fille !

    Plein de bisous pluvieux. Lydie

    5
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 13:12

    Bonjour Pivoine

    Je n'en ai jamais eu dans mon enfance et dieu sait si je les aime les nounours. Une amie m'en a offert un il y a 10 ans et je l'ai sur un lit. Et oui il n'y a pas d'âge .....

    Bonne journée ma petite auvergnate, nous avons du soleil mais frisquet !!!!

    Gros bisous

    6
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 14:18

    tous ces nounours sont adorables ! j'en avais un gris foncé qui avait appartenu à mes frères ! bonne fin de journée

    7
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 19:27

    Bonsoir ma louloutte, bin j'suis pas repassée... et je commente cet article et repasserai pour commenter les précédents.

    Excellent cet article... 

    Une petite collection d'ours dans la chambre de Gabin, quelques uns hérités de sa maman et les autres chinés par mamie. Ceux offerts à Margot l'ont été par moi... car je n'ai pas eu d'ours enfant mais un lapin... oui, un lapin prénommé Jeannot et qui tenait entre ses pattes une carotte... Il était en feutrine... C'est ma soeur qui me l'avait offert... Il m'a suivi jusqu'en Lorraine... c'est que j'y tenais à mon Jeannot... et ce sont Isis et son fils Titus qui  lui ont réservé un sort peu enviable... J'ai retrouvé Jeannot en lambeaux... je l'ai recousu mais mes Isis et Titus avaient décidé d'achever Jeannot et ils ont réussi... et c'est avec des larmes plein les yeux que j'ai jeté Jeannot à la poubelle. J'ai fouiné sur divers sites pour retrouver la copie conforme de Jeannot hélas mes recherches sont restées vaines...  J'ai trouvé quantité de vieux jouets mais point de lapin, pffff !

    Ma chambre qui sert de clapier héberge Lola, Lilas, Léa, Lison, etc., des lapins en peluche. Ils ont même le droit de squatter mon fauteuil... oui madame, mdr !

    Aux naissances de mes deux petits enfants j'ai couru chez machin truc pour acheter des ours... celui de Gabin est marron, celui d'Abigaël gris...

    Je reviens... décidément, lol !

     

    8
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 20:00

    re : Me revoilou...

    J'affectionne particulièrement les ours, ourses et oursons habillés... 

    Chez belle maman il y avait un ours, il partageait l'ancien berceau avec Lolotte la poupée chiffon... en a t il eu des papas et des mamans cet ours... tous les frères et soeurs de Doudou, les petits enfants et les arrières petits enfants... Aujourd'hui il est hébergé chez un des frères ou une des soeurs de Doudou, je ne sais pas chez qui..

    Je savais que tous les collectionneurs avaient les yeux rivés sur l'Angleterre...  il y a là bas des docteurs pour ours qui font des petits miracles.

    Julie a eu un ours... il a servi de compagnon à Zouzou... passé à la machine à laver il a un peu perdu le peu de superbe qu'il lui restait... mais il trône quand même sur un petit fauteuil de la chambre de Julie (sur les berges du canal) habillé d'ailleurs d'un vêtement bébé de Julie...

    J'avais fait sur auf des vidéos pour les enfants et petits enfants des copinautes : des ours, des lapins et des animaux de la ferme...

    Afficher l'image d'origine

    Afficher l'image d'origine

     

    * nous nous sommes croisées...

    9
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 20:02

    re : J'aime bien l'ours articulé... j'aime tous les jouets en bois... nostalgie !

    10
    Mercredi 21 Octobre 2015 à 11:27

    coucou ma pivoine 

    je te vois plus?????

    comment vas tu ? 

    moi je n'ai jamais eu de nounours 

    mais j'adore les vrais

    aujourd'hui il fait pas beau ,hier un beau soleil

    mais la température a baisser

    je te souhaite une bon aprés midi

    gros bisous ma pivoine

    mireille

    11
    Mardi 27 Octobre 2015 à 11:14

    Oh bonjour, le nounours tant aimé des enfants, confident et calin, bisous, bonne journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :