• LA SALICORNE, LE HARICOT DE MER DE NOTRE LITTORAL  

    Long et fin comme un haricot vert (on la surnomme du reste "haricot de mer"), la salicorne est un légume ancien qui aime l’air marin : elle pousse sur les terres salées qui bordent les mers et les océans. Témoignage de ce séjour prolongé dans les embruns, une saveur saline et légèrement acidulée. 

    La salicorne, également connue sous le nom de criste-marine, doit son nom à sa forme : les renflements successifs qui la constituent se terminant par un mamelon saillant dit "corne de sel". Autrement connue sous l’appellation de perce-pierre, pousse-pierre ou passe-pierre, on croyait jadis à ses vertus médicinales ; elle permettrait de dissoudre les calculs, c’est-à-dire les pierres rénales, d’où ces divers intitulés. 

    Autrefois, on utilisait les cendres de certaines salicornes impropres à la consommation pour produire du savon et du verre (c'est encore le cas pour le savon d'Alep). La soude, indispensable à leur production, provenait en effet de la combustion de cette plante herbacée. On raconte qu’au XIVème siècle, les verriers déplaçaient leurs ateliers, suivant ainsi la progression de la salicorne si étroitement liée à leur métier. Au XIXème siècle, les marins, eux, la conservaient dans du sel lors de leurs voyages au long cours, pour son efficacité contre le scorbut.  

    La salicorne naît dans les anfractuosités des rochers, au cœur des vases littorales de l’Atlantique, de la Méditerranée ou de la Manche. On la trouve encore dans des mares salées, notamment en baie de Somme où se concentre l’essentiel de sa production organisée. On en trouve aussi autour de mines de sel en Alsace et en Lorraine, ou encore en Camargue. C’est une plante protégée dans le Nord-Pas-de-Calais

    Elle colonise les vases salées que le jeu conjugué des dépôts alluvionnaires et du dessèchement par le soleil a suffisamment stabilisées pour permettre son enracinement. Lors des grandes marées, la salicorne est parfois recouverte pendant plus de trois heures par l’eau de mer.  

    La salicorne comestible est une plante annuelle (les variétés vivaces sont très amères), une herbacée qui, sous nos latitudes, naît dès la fin de l’automne et végète tout l’hiver jusqu’aux premières chaleurs. Les premières ramifications se forment et, au milieu du printemps, la plante mesure de 6 à 8 centimètres. A maturité, elle devient ligneuse (seules les extrémités des rameaux sont encore tendres) et peut atteindre 30 centimètres. 

    Vers la fin d’août, de petites fleurs apparaissent de part et d’autre des tiges et la salicorne prend des allures de bruyère. Puis, les graines se forment, la plante se dessèche. Après germination, les premières plantules apparaîtront durant l’hiver et végèteront jusqu'au réchauffement du printemps. 

    Les tiges tendres de la salicorne jeune, récoltée en mai/juin, peuvent se déguster crues, nature ou en vinaigrette. Plus tard, la salicorne devient un peu amère et il est préférable de la blanchir. Quelques minutes dans l’eau bouillante suffisent à lui ôter son amertume et le sel en excès. Elle sera alors cuisinée comme l’épinard, à la vapeur, à l’eau (non salée !) ou revenue à la poêle. La salicorne fraîche, très fragile, ne se garde pas plus de deux jours au réfrigérateur. 

    Accompagnement ou aromate, la salicorne s’accorde bien évidemment à merveille avec tous les produits de la mer mais apporte aussi une touche typée aux viandes blanches, voire rouges. Elle se déguste aussi en soupe, quiche ou omelette. Elle devient condiment et aromatise sauces, moutarde, mayonnaise... La congélation est déconseillée car la salicorne, gorgée d’eau, se ramollit considérablement à la décongélation. En revanche, elle se conserve dans du vinaigre auquel on ajoute une poignée de gros sel, du poivre en grain, du thym, du laurier et du clou de girofle. Ainsi confit, ce "cornichon de mer" relève à merveille poissons et viandes froides, charcuteries ou salades composées. La salicorne confite au vinaigre remplace agréablement les cornichons, relève poissons et viandes froides, charcuterie, raclette

    (internet sauce moi) 

    Avec mon amie Mireille, nous nous étions livrées à la  cueillette de salicornes dans les marais boueux qui nous avait assuré un repas, en accompagnement d’un poisson à la sauce crème citron épices à poisson et carottes du pays. Hummm, quel régal ce petit goût de mer et cette fraicheur !r ! 

     

     

    LA SALICORNE

     

     


    2 commentaires
  • LES OISEAUX DU PARC

    LES OISEAUX DU PARC

    LES OISEAUX DU PARC

    LES OISEAUX DU PARC

    LES OISEAUX DU PARC

    LES OISEAUX DU PARC

    LES OISEAUX DU PARC

    LES OISEAUX DU PARC

    LES OISEAUX DU PARC

    LES OISEAUX DU PARC


    2 commentaires
  • Pour mes amies venues de "l'ailleurs", un petit clin d'oeil à ce qui m'a été reproché, mais version "chat". Bon, personnellement je préférais la version "homme". Mais gardons nous de choquer même légèrement les âmes sensibles.


    2 commentaires
  • C'est le parc où j'aime me promener pour me ressourcer un peu. J'aime son bassin peuplé de cygnes et de canards

    ses arbres, ses allées, ses bancs, son aire pour les enfants, son espace musique, son manège et son calme.

    A deux pas de chez moi, je le vois depuis mon balcon. Il fait suite aux deux stades et se cache sous une touffe d'arbres qui sont en train de jaunir et prennent des couleurs mordorées dès qu'un rayon de soleil vient les caresser.

     

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

    MON PARC EN TOUTES SAISONS

     


    4 commentaires
  •  4 octobre : Journée mondiale des animaux

     Les meilleurs amis de l’homme 

    Les animaux, selon St François d’Assise, sont des créations vivantes sacrées, considérées par Dieu comme les compagnons et frères des hommes. Il affirmait que chaque créature vivante de la terre, qu'il s'agisse d'un insecte, d'un oiseau ou d'un animal de compagnie, méritait le respect. C'est pourquoi Saint François d'Assise est considéré comme un grand défenseur de la cause animale Saint François d’Assise a été institué Saint Patron des écologistes par le Pape Jean Paul II. 

    Nous nous devons donc de les respecter et de préserver leur épanouissement sur Terre. Mais, soumis au bon vouloir des hommes et à leur vanité, les animaux n’ont pas toujours la considération qui devrait leur être accordée… 

    Une journée de réflexion 

    …C’est pourquoi l’Organisation des Nations Unies a choisi de consacrer chaque année la journée du 4 octobre (jour de la St François d’Assise) aux animaux.

    La première initiative pour la valorisation des animaux a été organisée en 1931, lors d’un rassemblement d’écologistes à Florence. Condamnant la responsabilité de l’homme dans le phénomène d’extinction des espèces en voie de disparition, les manifestants ont plaidé en faveur d’un monde plus respectueux des animaux. Par la suite, l’opération s’est répétée dans le monde entier jusqu’à s’installer dans le calendrier 

    Le but de cet événement

     

    JOURNEE DES ANIMAUX

    JOURNEE DES ANIMAUX

    JOURNEE DES ANIMAUX

    JOURNEE DES ANIMAUX

    JOURNEE DES ANIMAUX

    JOURNEE DES ANIMAUX

    JOURNEE DES ANIMAUX

    JOURNEE DES ANIMAUX

    JOURNEE DES ANIMAUX

    JOURNEE DES ANIMAUX

     *attirer l'attention des gouvernements mais aussi des citoyens sur l'importance du respect de la vie animale. Qu'il s'agisse des animaux de compagnie, des animaux sauvages ou encore des animaux d'élevage, les animaux méritent d'être mieux traités.

    *Protéger les animaux sauvages, c'est par exemple respecter leurs lieux de vie naturels.

    *Respecter les animaux domestiques, c'est leur assurer un cadre de vie affectueux et s'engager à ne pas les abandonner.

    *améliorer les conditions de vie et d'abattage des animaux d'élevage est un défi majeur à relever à l'heure actuelle.

    *célébrer la diversité des espèces animales, rappeler l’importance de leur protection en responsabilisant l’homme face aux dangers qui les menacent. 

     Chaque année, cette journée est aussi l’occasion de discuter des droits des animaux et des devoirs des hommes envers eux.

     

    Alors, parce que ces gentilles petites bêtes (qui n’en ont que le nom !) protègent l’équilibre de la planète, nous attendrissent, nous apportent une compagnie bienveillante et nous couvrent d’amour et de tendresse, rendons leur hommage !

     Et rappelons aussi

    Avant d'adopter un animal de compagnie, il faut être prudent et réfléchir aux conséquences de cette décision, afin d'éviter les abandons traumatisants pour l'animal comme pour ses maîtres. Adopter un animal de compagnie, c'est faire entrer dans sa famille un nouveau membre, dont il faut en prendre soin et respecter ses besoins. Il convient, par exemple, de choisir un animal dont la taille, le caractère, la race, sont compatibles avec son cadre de vie. Ainsi, prendre un gros chien dans un petit appartement où il sera seul toute la journée, semble peu raisonnable. En revanche, adopter en toute connaissance de cause l'animal de compagnie adapté à son mode de vie est épanouissant pour toute la famille, et particulièrement pour les enfants.

    Un chien, un chat, quand on l'adopte, c'est pour la vie !

    Les refuges attendent, les bêtes s’impatientent et désespèrent...

     

    (Sources diverses avec mise « à la patte » de moi)

     

    En ce jour du 4 octobre, il y a un an que j’ai sauvé ma Blue d’un terrible sort, celui d’être mangée par une pie, dans une pelouse. Blue vit heureuse et comblée, au chaud et en bonne santé (mes amies peuvent le dire, Blue est une perruche tout ce qu’il y a de plus épanouie)

     

     

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique